20 km de Tours avec Didier Vaissières

26 septembre 2010

.

Les 10 & 20 km de Tours : un évènement annuel qui regroupe deux épreuves se déroulant dans les rues de la ville (Indre-et-Loire, 37).
Il s’agit d’une course qui réunit plusieurs milliers de personnes, regroupant toutes catégories, ouverte aux handisports. C’est moment à la fois festif et sportif, une grande manifestation comme les marathons.

Pour ma troisième participation, je décide de participer sous l’effigie de ma ville en reproduisant le même challenge avec Didier qu’à Chambray-Lès-Tours en espérant un plus grand impact sur le public et les élus.

Hélas, nous sommes que 4 handisport sur les 10 km, 15 en sport adapté et personne sur la distance des 20 km. Bizarre pour une agglomération aussi grande que Tours ! Les personnes ont-elles peur de montrer leur différence ou est-ce dû à un manque de communication ?
La ville, les clubs, les établissements spécialisés, le comité directeur doivent encore faire davantage pour que demain nous soyons plus nombreux.

Cette année encore, j’ai écrit aux personnes les plus influentes de ma ville pour m’accorder une dérogation afin d’effectuer avec Didier Vaissières le pousse-fauteuil sur les 10 km ( il s’agit de pousser une personne ayant un handicap dans un fauteuil roulant sur la distance de l’épreuve).

Pour ce challenge, Didier doit respecter des règles que nous avons mises au point depuis le début de notre collaboration sportive (ne pas prendre trop de poids, prendre du sommeil d’avance, éviter de boire, bien vider sa vessie, essayer de contrôler sa spasticité, etc).

Pour information, Didier pèse 50 kg, un fauteuil 25 kg : faites le total…

Le défi terrestre étant le plus dur pour nous deux, je dois tout calculer pour éviter le moindre accident pendant l’épreuve. Chaque rue, chaque dénivellation, chaque trottoir ont été visualisés avant, car quand la marée humaine vous rattrape, vous avez besoin de ces repères visuels pour éviter tout incident. Avec le pousse-fauteuil, l’épreuve relève souvent du mental.
Difficile pour Didier de ne pas bouger pendant deux heures, de percevoir toutes les dénivellations de terrain, de supporter les buses qui résonnent dans les fesses, d’avoir froid, d’avoir soif. Tout cela, il faut l’endurer. Il faut un véritable courage pour en arriver a faire ce genre de défi, pour essayer de faire comprendre…
Nous avons passé beaucoup de temps avec nos kinés pour être prêts le jour J, et des mois d’entrainement, km par km, pour réussir une telle épreuve. Nous sommes deux amis réunis dans le même effort pour défendre des idées.

Nous avons participé à la version open handisport de la course sur 10 km.
Nous sommes arrivés dernier dans notre catégorie sur cette distance, avec un temps de 1 heure, 58 minutes et 27 secondes, mais l’essentiel est de finir.

Dans chaque ville, vous pouvez reproduire notre épreuve, alors essayez, nous avons tous à y gagner ! Je remarque que cette année 2010 que le public nous a beaucoup applaudi, félicité, encouragé, du jamais vu ! Merci !

Je constate néanmoins, encore une fois, que l’épreuve Handisport a du mal à attirer les participants. Pourquoi ?
De même, la presse qui pourtant était avisée, comme la télévision locale, n’a pas mis une ligne dans le journal. L’incompréhension est totale. Partant de ce constat, nous continuerons nos défis.

Le sport est le meilleur vecteur d’insertion sociale, je le dis, je le clame haut et fort.

La différence tue l’indifférence

 

Un grand merci à tous :

À Bernard Coupez, le président du comité d’organisation.
À l’organisation de la course

À la voiture-balai qui nous a suivis tout le long du parcours, en la présence de Monsieur Lionel Le Noblet et de Monsieur Patrick Ragueneau .
À tous les bénévoles qui œuvrent dans l’ombre sans qui rien ne serait possible.
Au public qui nous a encouragés.
Aux jalonneurs qui ont assuré notre sécurité.
Aux chronométreurs.
Aux partenaires.

À Monsieur Jean-Patrick GILLE, Député d’Indre et Loire

À Madame Cécile JONATHAN : Spécialement déléguée à l’étude et à la préparation des questions concernant la petite enfance, la jeunesse, la famille, la santé, les handicapés, ainsi qu’à la signature de tous les actes, arrêtés, documents et correspondances se rapportant à ces questions.

Le Conseil général d’Indre et Loire
À Madame Claude ROIRON, présidente du Conseil général
À Monsieur le Maire, Monsieur Jean GERMAIN
À Monsieur Gérard Gernot, premier adjoint de la ville de Tours.
À Monsieur Jean-Jacques PLACE, adjoint chargé des Sports
Au service des grandes manifestations
Aux différents service de la ville
À Monsieur Éric RICHARD
À la Nouvelle République.

Les commentaires sont fermés.