Le Pacte à l’école Christ-Roi

Lorsque j’étais en Antarctique pour l’édition 2014 du marathon du pôle Sud, j’ai pu échanger avec l‘institut scolaire Christ-Roi de Tours, qui suit mon parcours.

voyage-au-pole-sud-

J’y ai donné une conférence dans le cadre de la journée d’éducation à la santé et à la citoyenneté : à travers celle-ci, j’ai abordé l’entrainement, la préparation, l’habillement, le suivi médical. Tout cela s’est fait en coopération avec les enseignants et les jeunes de l’école, qui ont monté une exposition suite à cela.

Le but n’était pas qu’ils sachent comment s’équiper pour aller aux pôles — même si je leur ai montré l’équipement polaire, les différentes couches d’habillement, les chaufferettes pour les gants et les chaussures — mais de pouvoir transmettre les valeurs du Pacte des Mobilités. Nous avons parlé des voyages, des rencontres exceptionnelles avec des personnes compréhensives, de la vie avec la différence.

Aux parents d’élèves qui plus tard ont visité l’exposition et trouvaient mon parcours hors-normes, j’ai expliqué la même chose : je ne fais rien d’exceptionnel, et je le suis encore moins ; je cherche juste à faire passer un message humain, le message que les personnes handicapées valent tout autant que les valides.

Savoir accepter l’autre tel qu’il est, telle est la clef de voûte de l’éducation et de l’apprentissage de la vie en société.

En mars 2016, lors de la journée du handicap, je présenterai, dans la même veine, le World Marathon Challenge (sept marathons sur sept jours sur les sept continents). Il s’agira d’une mini-conférence, toujours en coopération avec les classes de Christ-Roi, sur la préparation du défi : l’entraînement, l’habillement, le suivi, les astuces du quotidien permettant à une personne touchée par le handicap de surmonter les difficultés.

Philippe Laurent

 

Mes satisfactions : ce qui montre que le Pacte progresse (badge de conférence, remerciements de l'école et petit mot de soutien de la part de M. Kahn)

Mes satisfactions : ce qui montre que le Pacte progresse (badge de conférence, remerciements de l’école et petit mot de soutien de la part de M. Kahn)

Des nouvelles !

Bonjour à tous, voici quelques nouvelles après une longue absence ! Ces derniers mois ont en effet été riches en sports et en rebondissements.

  En septembre, je m’entraînais encore en chambre froide tout en poursuivant mon tour des courses en extérieur du département dans l’optique de courir le marathon du Pôle Sud.
C’est en octobre que Richard Donovan, son organisateur, m’a averti d’un problème logistique important : malheureusement, il ne m’était plus possible de participer à l’événement, au grand désarroi de Richard. Il m’a donc proposé de participer à la place à une première mondiale : le Volcano marathon.
Après cinq minutes de réflexion, je lui ai donné mon accord enthousiaste.

Il me restait moins d’un mois pour me préparer, et les conditions à venir changeaient du tout au tout : des températures négatives et de la glace, je passais au désert de l’Atacama et aux plateaux chiliens surchauffés. J’allais devoir m’adapter à une altitude de 4000 mètres et à des températures de 40°C.

J’ai aussitôt arrêté mes entraînements en entrepôt frigorifique pour privilégier la course en extérieur, toujours suivi par des professionnels de la santé compétents : cardiologue, podologue, nutritionniste, kiné…

Bien vite, j’ai pris mes billets pour le Chili : j’avais prévu d’arriver avec 5 jours d’avance pour m’adapter au mieux. Ma chance a été d’arriver à Santiago en même temps que Richard Donovan et l’équipe organisatrice, ce qui m’a épargné bien des soucis de compréhension des langues étrangères.

L’épreuve du marathon a commencé le 14 novembre à 9h30 du matin. Le terrain était très accidenté : montées, descentes, de la terre, des cailloux… J’y ai laissé mes ongles des gros orteils ! Devant des conditions aussi difficiles — bien au-delà du marathon du Pôle Nord —, j’ai été contraint d’abandonner au 25e kilomètre, après 6 h 52 min. Si mon cerveau voulait encore avancer, mon corps, lui, ne pouvait plus suivre.

drapeauvolcano

Me voici !

Je suis là, en bas à droite !

Je suis là, en bas à droite !

Voici quelques articles de la Nouvelle République qui reviennent sur cette épreuve :
Article 1 : Le VolcanoArticle 2 (et merci à l’ACC 37 !)

  A mon retour en décembre, j’ai fait un break presque complet pour me remettre. J’ai toutefois repris la natation et couru la J-2 de Saint-Pierre-Des-Corps et la Corrida : je l’avais promis, je ne pouvais pas ne pas le faire.

  J’ai recommencé la marche en janvier après cette période de repos forcé. Il m’a fallu retravailler le pas sur des distances de quelques kilomètres pour éviter les douleurs aux pieds. La natation m’a offert un bon complément, me permettant de me maintenir en forme en nageant 5 km le samedi et le dimanche.

  Ce mois-ci, je reprends l’entraînement en vue du marathon du Pôle Sud 2014 ! Au programme, marche rapide sur du bitume et des terrains accidentés (je ne retournerai en entrepôt frigorifique qu’en mars).
J’ai par ailleurs rencontré une personne avec qui je compte travailler sur un projet de mise en valeur du Pacte des Mobilités à travers les challenges sportifs et les techniques de réparation du corps.

  Au mois de mars, j’aurai la chance et l’honneur d’évoquer les thèmes du handicap et de la différence devant une quinzaine de chefs d’entreprise d’horizons divers.

Voilà pour les nouvelles. J’espère revenir vers vous rapidement avec du nouveau !